Semaine 3 de la sensibilisation avec un sujet grave et sérieux: les violences sexuelles, harcèlement et bizutage dans le sport.

Le Rennes Pôle Association est adhérent à l'association "Colosse au pieds d'argile" depuis avril 2019, afin de la soutenir dans ses missions.

Nous souhaitions vous présenter cette association qui lutte contre ces tristes évènements qui arrivent malheureusement trop souvent au sein de des associations sportives.

Interview de Quentin Leportier, représentant breton de l'association.

 colosse - quentin
Quentin Leportier (à gauche) avec Sébastien Boueilh, Président de l'association 
 

Pouvez-vous présenter votre association ?

Colosse aux pieds d’argile est une association loi 1901 à but non lucratif, créée en 2013, par Sébastien Boueilh.
Elle a pour missions la sensibilisation et la formation aux risques de violence sexuelles, de harcèlement et de bizutage ainsi que l’accompagnement des victimes

À ce jour, l’association est sollicitée pour sensibiliser et former les encadrants et les athlètes du mouvement sportif, pour intervenir en milieu scolaire, pour former les professionnels de l'enfance et de l’animation mais aussi pour sensibiliser le grand public.

Pour réaliser ces missions, des partenariats étroits et privilégiés ont été noués avec une trentaine de fédérations sportives, de nombreux services de l’État et plusieurs Ministères (Sports, Santé et solidarités, Éducation Nationale, Justice) et divers acteurs institutionnels et associatifs. Reconnue d’utilité publique, Colosse aux pieds d’argile détient désormais une reconnaissance et une expertise au niveau national.

Nous sommes aujourd’hui 12 salariés dont 9 intervenants régionaux sur l’ensemble du territoire, avec une antenne qui est présente en Bretagne depuis septembre 2020.

De nombreux cas apparaissent ces derniers mois, est-ce récent dans le monde sportif ?

Les cas de violences sexuelles dans le sport ne sont pas récents ; ils ont toujours existé tout comme dans les autres milieux touchés. La différence est qu’il y a eu une réelle prise de conscience de la société et des pouvoirs publics en 2020, notamment grâce à la médiatisation de témoignages d’anciens sportifs.

Depuis, les instances se sont emparées de ce sujet déployant sur le territoire des dispositifs et des conventions avec des structures (Fédérations, ligues régionales, comités départementaux, DRAJES, SDJES...) qui permettent de développer des plans d’actions concrets, souvent en partenariat avec notre association.

Ces actions permettent non seulement de libérer la parole, mais elles permettent aussi aux victimes de voir que des personnes et des structures sont là pour les aider et les accompagner. Nous avons très régulièrement des victimes qui viennent nous voir à la fin de nos interventions. Le fait d’être passé de 3 à 9 intervenants régionaux ainsi que notre travail en maillage avec les autorités administratives et judiciaires sont des éléments qui nous permettent d’être encore plus présents pour lutter contre ce fléau. En 7 ans, nous avons reçu plus de 4 000 témoignages et nous avons accompagné et orienté plus de 1 800 victimes.

Cela touche-t-il tous les sports et les deux sexes ?

Nous recevons des témoignages dans de nombreux sports, collectifs et individuels. Aucune discipline ne peut se targuer de ne pas être touchée par les violences sexuelles.

Les chiffres donnés en juillet 2020 par la Ministre déléguée auprès du Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée des Sports, indiquaient que 180 personnes avaient été mises en causes dans les affaires de violences sexuelles, ce qui concernait 40 fédérations. Les deux sexes sont touchés, dans des proportions différentes (78% des victimes sont des femmes selon les chiffres de juillet 2020). Récemment, les derniers chiffres font état de près de 400 cas qui ont donné lieu à un signalement au Ministère depuis 2019.

Quels conseils donner aux jeunes, parents, encadrants... ?

D’être attentifs tous ensemble !

Quand nous intervenons auprès des mineurs, nous adaptons le vocabulaire ainsi que le contenu des sensibilisations en fonction des tranches d’âge. Le message commun est de leur faire comprendre que leur corps leur appartient, que personne ne peut le toucher sans leur consentement et qu’aucun adulte ne peut leur demander de garder un secret qui les rend malheureux.

Nous avons conscience que parler de sexualité avec ses enfants peut être difficile pour les parents. Nous avons donc créé le guide des Colosses, conçu avec des professionnels, que nous distribuons aux enfants à la fin de nos interventions. Ce livret est l’occasion d’aborder ces questions sur l’intimité et le corps, sous une forme ludique, en famille.

Concernant les encadrants, nous leur apprenons à ne pas se mettre dans des situations qui pourraient être mal interprétées ou amener à de fausses allégations. Nous avons créé la charte des colosses qui leur rappelle la posture à adopter en fonction de situations concrètes.

Aussi, nous leur expliquons qu’il est primordial de ne pas rester dans le doute. Quand une situation les interpelle ou qu’un comportement d’un autre éducateur les dérange, il faut qu’ils en parlent !

Cela peut être en contactant le référent régional Colosse aux pieds d’argile, qui est présent pour guider et accompagner les encadrants.

 

colosse - consignesCliquez moi

Comment peut-on aider votre association ?

Il est possible d’adhérer à l’association en tant que particulier mais aussi en tant que structure. En adhérant, une structure s’inscrit dans la lutte contre les violences sexuelles en s’engageant à nos côtés et envoie un message fort à ses bénéficiaires.

Les entreprises et les particuliers peuvent également nous faire des dons ce qui permet de pérenniser nos actions et de développer de nouveaux projets.

Bien sûr, parler de Colosse autour de soi et nous suivre sur les réseaux sociaux contribuent à la notoriété de l’association et de fait, à lutter contre ce fléau !

colosse - fin

Les liens du "Colosse aux pieds d'argile"

 

colosse logo colosse facebook

Complément Vidéo

colosse - presentation asso

Complément Vidéo

colosse - reportage France 2

Partagez cet article